Courtier immobilier versailles

Est-ce que les taux immobiliers vont remonter en 2020 ?

Après plusieurs années de baisse pour atteindre des niveaux record en 2019, quelle sera la tendance de taux pour la nouvelle année 2020 ? Les taux en 2020 vont-ils remonter ? Au-delà des conditions tarifaires, comment les banques vont-elles se comporter avec les futurs emprunteurs ?

2019, cuvée historique !

En tant que courtiers en prêt immobilier, cela fait plusieurs années que nous sommes spectateurs privilégiés de la baisse continue des taux d’intérêts pour les emprunts bancaires. C’est toujours avec surprise (voir stupéfaction à certains moments !) que nous avons constaté des baisses régulières, en nous demandant quand cela allait s’arrêter.
Il semble que le point de rupture ait été atteint lors du dernier trimestre 2019 avec des taux historiquement bas : moins de 1% hors assurance sur 25 ans sur certains profils.

Les taux en 2020 : une légère hausse mais pas de bouleversement attendu.

Depuis la fin d’année 2019, les taux en 2020 remontent légèrement mais pas de quoi s’affoler ni se jeter sur la première maison visitée. Les hausses sont minimes, entre 0.05% et 0.10% sur chaque durée d’emprunt. Le baromètre à moyen terme semble indiquer une stabilité globale malgré cette légère hausse de début d’année.
Vous pouvez être rassurés si vous avez un projet d’achat en 2020, les taux vont tout de même rester très intéressants pour l’emprunteur quelques temps encore.

Vers un durcissement des critères d’octroi des prêts immobiliers ?

Le Haut Conseil de Stabilité Financière a préconisé en fin d’année dernière deux recommandations principales à l’égard des établissements bancaires, limiter le taux d’endettement à 33% et limiter les prêt de très longue durée (+ de 25 ans). Si certaines banques proposent encore en ce début d’année 2020 des prêts sur 30 ans, au moins sur le papier, dans les faits il y a très peu de prêts immobiliers sur 30 ans.
L’écart de taux entre 25 et 30 ans est trop important pour qu’il y ait un réel intérêt à basculer sur 30 ans. Hors situation particulière où l’emprunteur n’a pas d’autre choix, les prêts sur 30 ans sont devenus très rares.